Soupe au Pistou

Les jours racourcissent, la couette et le radiateur sont mes meilleurs amis et j’ai une envie irrépressible de passer en mode hibernatoire. Dans ces moments-là, rien de tel qu’une bonne sou-soupe pour un peu de réconfort et de chaleur!

J’ai jeté mon dévolu sur une soupe originaire de Provence, la soupe au pistou. Le pistou n’est ni plus ni moins qu’un style de pesto: amateurs d’ail, de basilic et de parmesan, cette soupe est pour vous!

Armée de mon fidèle compagnon, les recettes complètes de Joel Robuchon, je m’emploie à peler, trancher, râper, broyer toutes les bonnes choses qui rentrent dans la composition de cette soupe, à savoir:

– 1 poireau
– 1 carotte
– 1 oignon
– 1 branche de céleri
– 1 carotte
– 2 tomates
– 1 pomme de terre
– 200g haricots blancs (j’ai choisi ici des Borlotti)
– 50g de spaghetti cassés en petits morceaux ou des coquillettes
– 200g haricots verts frais
– 1 courgette
– sel et poivre
– croûtons

Carottes, courgettes en dés et haricots: quelques uns des nombreux ingrédients de cette soupe.

Je commence par faire cuire le poireau et l’oignon dans une grande casserole sur feu moyen avec un peu d’huile d’olive, puis après 3 minutes, rajoute les dés de carottes/céleri/tomate/pomme de terre, ainsi que les haricots borlotti.

Je rajoute 1 litre d’eau avec une cuillère à café de gros sel, porte le tout à ébullition, puis tente d’écumer le plus d’impuretés possible de la surface. Je laisse mijoter à feu doux pendant 10 minutes.

J’ajoute ensuite la courgette, les haricots verts, les pâtes et laisse mijoter  pendant encore 10 minutes.

Pendant ce temps, je commence à préparer le pistou avec les ingrédients suivants:

– 4 gousses d’ail
– 20 feuilles de basilic
– 100g de parmesan râpé
– 150ml d’huile d’olive

Je broie l’ail, le basilic, le parmesan et l’huile d’olive afin d’obtenir une purée (je commence au pilon et mortier, puis devant l’échec retentissant de cette manœuvre, finis tant bien que mal au mixeur plongeant).

J’ajoute la moitié de la purée dans la soupe avec un peu de poivre et réserve l’autre moitié pour garnir chaque assiette. On peut également en garnir les croûtons.

Et voilà, malgré des croûtons très moyens (j’ai tendance à toujours rater mes croûtons malheureusement, très énervant!), cette soupe est délicieuse et remplit haut la main sa mission. Me voilà parée pour affronter l’hiver🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s