Gnocchi aux truffes

La saison des truffes noires vient de commencer en Australie et j’ai décidé pour l’occasion de m’acheter une petite truffe du premier lot qu’on a reçu au bureau. J’ai longuement songé à faire mes propres Gnocchi pour l’accompagner, mais n’ayant jamais tenté l’expérience auparavant et ne souhaitant pas gâcher la truffe avec des gnocchi ratés, j’ai préféré la jouer « safe » et acheter des bons gnocchi tout prêts du Deli ! Tss tss tss…

Ce petit « Diamant de la cuisine », comme le nommait Brillat-Savarin », vient  d’Australie occidentale. On en trouve également une forte production en Tasmanie, dans l’Australie du Sud et dans les parties rurales de la Nouvelle Galles du Sud. Elle équivaut en France à la Truffe noire du Périgord (Tuber Melanosporum).

Pour ceux qui n’ont jamais goûté de truffes, leur goût évoque… la terre. Je sais, pas très ragoûtant vu sous cet angle, mais je ne vois pas d’autre moyen pour les décrire ! Elles sentent les sous-bois, les feuilles mortes, l’automne, le musc… une odeur apparemment similaire à celle dégagée par les cochons pendant la saison des amours, qui rend les truies complètement folles ! Les humains aussi en rafollent et ne regardent pas à la dépense (entre 600 € et 900 €/kg) pour pouvoir les dénicher.

Voici les gnocchis frais…

… et du bon beurre français de qualité supérieure (parce que la truffe le vaut bien).

Je fais fondre le beurre dans une poêle avec les morceaux de truffes restants après l’avoir coupée en très fines lamelles à l’aide d’un couteau économe)

Lorsque le beurre obtient une jolie couleur brune, je rajoute les gnocchis que j’avais auparavant faire cuire dans de l’eau bouillante pendant 1 minute, et remue bien pour que chaque gnocchi soit recouvert d’une couche brillante de beurre.

Je les laisse dans la poêle encore quelques minutes pour leur donner un léger croustillant puis les sers dans les assiettes.

Vient alors le moment tant attendu de placer généreusement toutes les lamelles de truffes sur les gnocchis.

Un peu de sel, de poivre, une bonne dose de parmesan râpé (le parmesan s’entend à merveille avec la truffe) et voilà !

Malgré la dangereuse dépendance provoquée par les truffes, je ne saurais que trop conseiller d’en goûter au moins une fois dans votre vie… une expérience vraiment unique ! !

PS: J’ai récemment écrit un petit article sur les truffes pour la version en ligne de la publication Gourmet Rabbit. Le site est payant ($22.95 par an) et donne accès à de nombreux articles écrits par des professionnels de l’industrie alimentaire, ainsi qu’ à des compétitions pour gagner des prix délicieux… Jetez-y un coup d’oeil à l’occasion🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s